Le symposium de Cotonou

Rapport du symposium

Une volonté louée et relayée par l'ensemble de la communauté internationale et interreligieuse.

Ce symposium de 2015 qui a fait se réunir et se concerter des participants « venus d'horizons religieux, spirituels, culturels, sociaux, économiques et politiques divers d'Afrique et du monde » a reçu l'appui d'un très grand nombre de personnalités et d'organisations internationales notamment; l'Organisation des Nations unies, l'Union Africaine, la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest, l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, du Conseil de l'Entente, la Communauté Sant'Egidio, le réseau Emmaüs International, ainsi que l'Organisation Internationale de la Francophonie.

    

Ce symposium a été salué et encouragé par Ban Ki Moon, alors Secrétaire Général de l'Organisation des Nations unies, le Pape François, Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l'Union Africaine, Irina Bokova, alors Directrice Générale de l'UNESCO, Lyad Amin Madani, Secrétaire Général de l'organisation de la Coopération Islamique, et Sare Balogoun Couchoro Hounnansin, Président de l'Organisation Africaine du Culte Vodoun du Bénin.

   

Disposant d'objectifs précis et avec le soutien de l'ensemble de ces institutions d'envergure, l'initiative d'Albert Tévoédjrè bénéficie de l'investissement de nombreux acteurs et suscite un enthousiasme sans précédent sur le continent Africain et à travers la planète.

   

Le manifeste qui a été adopté à l'occasion du symposium de 2015 souligne que « seules des solutions économiques, politiques et socio-culturelles pacifiques peuvent assurer un avenir stable et démocratique à tous les peuples du monde »", qu'il est nécessaire de « renforcer la bonne gouvernante et de bâtir des sociétés plus inclusives et plus ouvertes ».

S'agissant tout particulièrement du continent Africain, le projet lancé par le professeur est déterminé à concrétiser l'objectif dressé par l'Union Africaine ; « bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix, dirigée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène internationale »

   

L'esprit de cette initiative est également de respecter et de promouvoir la diversité religieuse et culturelle, notamment en respectant et encourageant le travail accompli par des institutions telles que les conseils interreligieux, le Conseil Africain des Responsables Religieux pour la Paix et l'Alliance des Civilisations de l'ONU. Le manifeste s'inspire des « pratiques pluralistes, résilientes et pacifiques observées sur le continent africain et dans sa diaspora » dans un contexte de promotion du vivre ensemble et de construction d'un futur bâti sur l'échange, la rencontre et le respect mutuel, tout en mettant en avant le «droit au progrès scientifique » au « développement réciproque et solidaire », et « l'éducation à la paix »

 

Vidéo Youtube: