Suivi collégial régulier de l'Initiative par le biais d'ateliers techniques

Le gouvernement du Bénin pour gérer le projet de symposium a mis en place un comité de suivi dont le Ministre d'Etat d'alors, le Professeur Francois ABIOLA était le Président; le Ministrae des affaires étrangères Nassirou BAKO-ARIFARI était le vice-Président. Le CPPS était rapporteur de ce comité.
 

Les 26 et 27 Mai 2016 s’est tenu un atelier « de relance », un an exactement après le symposium international de lancement de l’initiative Africaine d’Education à la Paix et au Développement par le Dialogue Interreligieux et Interculturel, un atelier organisé par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en collaboration avec le Centre Panafricain de Prospective Sociale.

Cette rencontre a réuni une soixantaine de participants ; des délégués de représentations diplomatiques accréditées au Bénin, des institutions du système des Nations Unies, des Organisations de la société civile, des confessions religieuses et chefferies traditionnelles du Bénin.

Etaient notamment présents l’Ambassadeur du Japon près le Bénin,  Monsieur Daini TSUKARA, le Professeur Edmond JOUVE,  Madame Reckya MADOUGOU, ancien Ministre de la Justice du Bénin, le représentant de  l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général  des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, le Dr Mohamed Ibn CHAMBAS et le Ministre de l’Intérieur du Bénin  représentant le gouvernement, Monsieur Sacca LAFIA.

Leurs objectifs étaient de rendre compte de la mobilisation des partenaires autour de l’initiative, de faire le point des démarches administratives entreprises par le CPPS vis-à-vis de celle-ci. Ils devaient également de rendre compte des actions menées pour promouvoir l’esprit du symposium de Cotonou de 2016 en France, au Burkina Faso et en République Centrafricaine, de présenter les défis et les perspectives du projet, ainsi que de faire des recommandations en vue de la mise en œuvre efficiente de celui-ci.

Cette conférence de deux jours a permis de faire ressortir que les principes et objectifs portés par l’initiative progressent à travers le continent ainsi qu’en France, qu’ils sont également en train de se développer au Burkina Faso ainsi qu’en République Centrafricaine, et que le programme a même été présenté en Indonésie, lors du sommet des pays non alignés.

Il a également été annoncé à cette occasion que la Fondation Houphouet Boigny, quant à elle, assure la mise en place d’activités démocratisant l’initiative en Côte d’Ivoire, et qu’elle compte mettre en place une structure dans l’esprit de l’initiative africaine d’éducation à la paix ; une école panafricaine d’éducation à la paix, actuellement en projet. La création d’une radio et d’un musée de la paix est également d’actualité.

Enfin, cet atelier technique a été l’occasion d’annoncer la création d’un Réseau International de soutien à l’Initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel, actuellement composé de 16 membres ; femmes, jeunes et personnalités venus de tous les horizons.

 

Les 19 et 20 Janvier 2017 s’est tenu un atelier technique sur l’éducation à la culture de la paix, participant à la mise en œuvre de l’initiative.

Ce second atelier a été organisé sous le parrainage du Conseil National de l’Education (CNE) du Bénin, ainsi que les trois ministères en charge de l’éducation nationale, et le Centre Panafricain de Prospective Sociale, avec l’appui de la Coopération Japonaise. Il rassemblait un auditoire constitué de responsables de l’éducation, des partenaires techniques et sociaux, et des organisations de la société civile intervenant dans le secteur de l’éducation.

L’objectif était de présenter aux acteurs éducatifs Béninois les implications à l’échelle nationale de l’initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel dans ce domaine. Dans un premier temps, la réalisation de cet objectif passait par un état des lieux de l’éducation à la culture de la paix dans le système éducatif en général et à travers les programmes d’études en vigueur à l’enseignement primaire en particulier ; dans un second temps, les participants ont apprécié le contenu du Manuel d’éducation à la paix, aux droits de l’Homme, à la citoyenneté, à la démocratie et à l’intégration régionale de la CEDEAO. Dans un troisième temps, ils ont examiné l’’adéquation de son contenu à ces programmes d’études d’une part et aux préoccupations liées au projet de l’Initiative africaine d’éducation à la paix d’autre part.

En réunissant et en analysant l’ensemble de ces éléments, de nouvelles stratégies visant spécifiquement le domaine de l’éducation ont été adoptées ; la mise en place d’une expérimentation d’un programme lié à l’initiative au niveau de l’éducation primaire Béninoise, renforçant les programmes d’études qui portent déjà les valeurs de celle-ci. L’intégration du  Manuel d’éducation à la paix, aux droits de l’Homme, à la citoyenneté, à la démocratie et à l’intégration régionale, porté par la CEDEAO[3], au sein du programme éducatif Béninois, dans le cadre de l’initiative, a également été abordé.

Des objectifs prioritaires liés aux préoccupations d’extrémisme religieux ont également été identifiés : l’inquiétante prolifération des écoles confessionnelles qui  pourraient devenir des foyers de radicalisation ; la question du port de voile intégral qui peut être perçu comme un signe de radicalisation; l’urgence de l’éducation  parentale  pour la responsabilisation des familles, et la question de la supervision et du contrôle de la qualité des enseignements dispensés dans les écoles confessionnelles.

Pour permettre le suivi des activités de plaidoyer et des différents événements interreligieux et interculturels mis en place dans le cadre de l’initiative, 3 différents numéros trimestriels d’une « Revue de la Paix » ont été spécialement rédigés et publiés sous l’égide du Centre Panafricain de Prospective Sociale. Ils ont été distribués gratuitement dans l’ensemble des lieux publics liés aux partenaires institutionnels de l’Initiative Africaine pour l’Education à la Paix et au Développement par le Dialogue Interreligieux et Interculturel, à plusieurs milliers d’exemplaires.